Interview d'Anne-Sophie Maury : responsable de l'offre gestion des risques et contrôle interne d'Helis

groupe Helis cabinet de conseil Anne-Sophie

Quels besoins pour les organisations ont été révélés par la crise sanitaire que nous subissons ?

Par sa soudaineté et son caractère universel, cette crise a exigé des entreprises une adaptation d’urgence et d’une ampleur inconnue. Toutes les fonctions ont dû travailler à l’unisson.

Les sociétés qui n’avaient pas de plan de continuité d’activité, qui n’étaient pas préparées à absorber toutes les modifications sur la façon dont elles exécutent les activités quotidiennes ont subi une baisse d’activité encore plus retentissante.

Tandis que celles qui ont pu mettre à l’épreuve leur plan de crise repartiront plus rapidement et pleinement que celles qui n’avaient pas prévu de scénarios et de stratégies.

Les organisations ont un fort besoin de visibilité sur leurs risques, leurs fréquences et leurs impacts pour déterminer les contrôles appropriés et augmenter leurs performances.

Certaines entreprises vont aussi, en réponse, accélérer la digitalisation de leurs activités, ce qui pourrait aussi être favorisé par les rentabilités entachées par ces semaines d’activité nulle ou ralentie.

Une crise de grande ampleur mais rarissime devrait donc guider la stratégie de l’entreprise ?

Il ne s’agit pas uniquement de prévoir le risque sanitaire ou d’arrêt de l’activité mais d’avoir une connaissance plus fine de ses risques et des contrôles adaptés et utiles pour ne plus se laisser surprendre par les événements dont nombre sont exogènes.

Se prémunir des pertes liées aux défaillances dans l’activité quotidienne sera, de toutes façons, profitable à échéance et augmente la confiance que les équipes, le management et les partenaires ont dans la robustesse de la société. Les investisseurs, également, sont attentifs aux capacités à répondre et à surmonter une crise.

Il s’agira de structurer ses processus et construire les contrôles clés pour répondre aux risques opérationnels, enclencher une démarche active de couverture de ses risques et des actions de détection et de prévention afin de donner une assurance raisonnable sur la fiabilité et l’efficacité des opérations.

Comment construire ces plans de continuité d’activité et quelles seraient les axes prioritaires ?

Il existe une méthodologie pour construire un plan de continuité d’activité et les équipes Helis ont une expertise solide sur ce pan de la gestion des risques.

Les priorités seront, bien sûr, propres à chaque organisation mais un plan de continuité d’activité doit comporter des volets sauvegarde des équipements et activités critiques et identification de celles qui doivent reprendre prioritairement, les applications et fournisseurs servant ces activités, les collaborateurs et compétences clés. Ces plans doivent être adaptés aux réalités du terrain, communiqués et régulièrement testés.

Une relève de données et de constats doit être conduite. Elle doit avoir pour finalité d’identifier les manquements et faiblesses et les activités qui ont globalement bien fonctionné, lors de cette crise comme lors des précédentes d’autres natures.

Des expériences se sont forgées et doivent être exploitées.

Ainsi, l’action prioritaire coulera de sens pour les managers : continuer à être à l’écoute des équipes, s’enquérir des difficultés et blocages que chacun a pu rencontrer sera une bonne première étape.

A propos d’Anne-Sophie Maury  : 
Spécialisée en audit interne puis en contrôle interne pour le compte de sociétés industrielles en France et à l’étranger, Anne-Sophie Maury conseille les entreprises dans l‘identification de leurs risques et la définition de plans de contrôles.
Certifiée green belt Six Sigma, elle a animé des projets en conduite du changement ainsi qu’en réorganisation (transfert d activités comptables vers un centre de services partagés). L’amélioration continue de processus est au centre de mon activité.