La Blockchain, en quelques mots

La technologie Blockchain est souvent associée au Bitcoin et aux autres crypto-actifs. Les crypto-monnaies, que l’on peut qualifier de grande expérience économique et informatique à l’échelle de la planète, ont conduit la technologie des registres distribués à se développer et à s’enrichir de nouvelles fonctionnalités.

Une Blockchain est un livre infalsifiable et partagé. Il peut contenir les caractéristiques de transactions, des contrats, des évaluations, ou toutes autres informations. Ce livre créé de la confiance entre plusieurs intervenants afin de prendre des décisions, déclencher des actions ou des paiements.

Dans le monde de l’entreprise les transactions sont partout, avec les clients, les partenaires ou en interne. La technologie des registres distribués ne nécessite aucun tiers de confiance, elle sécurise les relations entre des intervenants qui ont besoin d’une garantie de vérité.

La Blockchain, créatrice de valeur pour les sociétés

Couplée aux technologies NFC ou IoT, la Blockchain peut permettre un gain de productivité dans le suivi des circuits de livraison, la traçabilité des produits et la facturation des clients.

Couplée de façon intelligente aux bases de données de l’entreprise la Blockchain peut mettre en œuvre un transfert choisi d’informations certifiées avec les partenaires.

La Blockchain et la création de jetons ad hoc permettent d’imaginer et de mettre en œuvre de nouvelles applications créatrices de valeur, par exemple autour de programmes de fidélisation des clients, des partenaires ou des salariés : un échange ou une transaction induit une récompense, utilisable lors de futures transactions.

La Blockchain va également apporter de nouveaux outils au monde de la finance. Beaucoup de ressources rares ne peuvent s’échanger facilement sur les places de marché existantes. Les œuvres d’art, les brevets ou les actifs immobiliers, par exemple, s’échangent aujourd’hui de façon peu liquide et non fractionnée. Grace à la tokenisation, il va être possible d’échanger, dans la Blockchain et via Internet, instantanément et à faible coût, des parts d’actifs rares.

La mise en place de projets Blockchain au sein de vos organisations

La Blockchain est une technologie. La décision de mise en place de cette technologie doit passer par une étude d’opportunité : rapport coût bénéfices, identification de la création de valeur à court et moyen terme.

L’implémentation de projets Blockchain nécessite des réflexions liées à l’intégration au Système d’Information de l’entreprise.

La technologie est par nature ouverte et potentiellement partagée avec les partenaires et les clients.

Ainsi conduire un projet Blockchain nécessite des études d’urbanisme du SI, des études d’architecture réseau et de performance, ainsi que la garantie du respect de la politique de sécurité de l’entreprise.

Helis vous accompagne dans les transformations liées à la Blockchain : études de marché, organisation de Proof Of Concept, études de la rentabilité et des nouveaux business modèles, études d’architecture, gestion de projets complexes intégrant les aspects sécurité et réglementaires.

Cas d’usage :

Une Blockchain pour l’industrie des services autour du parc automobile

La gestion d’un parc automobile et la mise en œuvre de services associés est un terrain propice à l’utilisation de la technologie Blockchain.

En effet, le cycle de vie d’un parc automobile implique la gestion de données légales (cartes grises et caractéristiques environnementales), de contrats et de données de transactions (financement, achat, ventes, location, assurance,…) ainsi que de données d’usage (localisation, consommation, etc…).

Ces données ont vocation à être échangées, facilement, rapidement et de manière sécurisée entre les différents acteurs de la chaine de valeur, elles sont la base de services à valeurs ajoutées visant à optimiser le cycle de vie et les fonctions des moyens roulants, notamment des voitures autonomes, et visant à optimiser les usages et leurs impacts environnementaux pour le bien commun (production, identification, transactions, location au kilomètre, partage, contrôle technique, bonus-malus environnemental, assurance ultra personnalisée, recyclage,…).

La création d’une Blockchain du parc automobile représente ainsi un cas d’usage très pertinent.

Les parties prenantes d’un tel projet sont nombreuses, les constructeurs automobile et les fournisseurs des logiciels embarqués, les équipementiers, les fournisseurs d’énergie, les utilisateurs, les assureurs, les banques, les exploitants de parc et évidemment, l’Etat.

Il n’est pas étonnant que ce sujet ait été considéré comme un cas d’expérimentation pertinent au sein du groupe de travail sur la Blockchain des Assises de la Mobilité.

Face à ces enjeux, BMW, General Motors, Ford et Renault ont constitué une alliance, la Mobility Open Blockchain Initiative (MOBI), avec d’autres acteurs de l’industrie automobile. Le consortium regroupe une trentaine d’industriels, start-up et agences gouvernementales.

Glossaire.

Crypto-actif : une crypto-monnaie ou un jeton (token) ayant une valeur. Un crypto-actif est en général côté sur un site d’échange (exchange) de crypto-actifs.

Monnaie FIAT : nos monnaies étatiques. En latin fiat signifie « ainsi soit-il ». Ce terme signifie, dans la philosophie à tendance libertarienne du monde originel des crypto-actifs, que la valeur de ces monnaies a été décrétée par l’état.

Exchange : place de marché permettant d’acheter ou de vendre des crypto actifs, certains exchanges offrent la possibilité de convertir les crypto actifs en monnaie FIAT. Quelques exchanges connus : Coinbase (US), Binance (Asie), Poloniex (US).

Blockchain : registre de blocs d’informations ou de transactions. Les blocs sont chaînés les uns aux autres. La méthode de certification des blocs doit rendre les informations qu’ils contiennent immuables et infalsifiables.

Il existe de multiples Blockchains dont l’implémentation à ce jour est plus ou moins aboutie, les plus connues sont celles des crypto-actifs publics Bitcoin et Ethereum (qui a introduit la notion de contrat dans une transaction). D’autres infrastructures Blockchain existent pour des utilisations publiques ou privées, comme Ripple (transfert interbancaire), EOS (semblable à Ethereum, pour les application décentralisées), NEO (l' »Ethereum asiatique »), Cardano (qui possède des fonctions complexes, dont par exemple l’interopérabilité annoncée avec d’autres Blockchain), Tezos (qui implémente un mécanisme innovant de certification des blocs), IOTA (pour les objets connectés – « Internet Of Things »), CORDA (du consortium de banques R3), Hyperledger (de la fondation Linux et d’IBM),… ou encore Quorum (un Ethereum augmenté lancé par JPMorgan).

Performances et fonctionnalités d’une Blockchain : trois critères sont habituellement cités pour définir les performances d’une Blockchain, sa capacité (en nombre de transactions par seconde) et donc sa scalabilité, sa sécurisation garantissant la non falsification des informations qu’elle contient et enfin, son caractère plus ou moins décentralisé.

Smart Contracts : Les contrats intelligents sont maintenant indissociables d’une Blockchain, ils permettent de graver dans le marbre les engagements liés à une transaction. Un contrat est une portion de code logiciel ce qui permet son exécution automatique.

Bitcoin : 1er crypto-actif en termes de valorisation, le Bitcoin a été créé en 2008 par Satoshi Nakamoto, un pseudonyme. La (ou les) identités qui se cachent derrière Nakamoto sont inconnues.

Ethereum : 2ème crypto-actif en valorisation. Ethereum a introduit la fonction de smart contract dans sa Blockchain.

ICO (Initial Coin Offering) : levée de fonds en crypto-actifs. Cette méthode de financement a été très prolifique en 2017 et début 2018. Très peu soumises à la réglementation et par nature sans frontières, les ICO ont connu beaucoup d’excès dans le contexte de la bulle de 2017 (levées de plusieurs dizaines de millions de dollars en quelques minutes sur la base de projets peu documentés, arnaques, blanchiment,…). Les pouvoir publiques mettent en place à l’échelle nationale un encadrement des ICO.

STO (Security Token offering) : levée de fonds en crypto-actifs se rapprochant plus d’une IPO (Initial Public Offering) de la finance classique. Comme lors d’une entrée en bourse, le crypto-actif est l’équivalent d’une action de l’entreprise.

Tokenisation (définition de ‘Blockchain France’) : désigne le processus d’inscription d’un actif et de ses droits sur un token afin d’en permettre la gestion et l’échange en pair-à-pair, de façon instantanée et sécurisée sur une infrastructure Blockchain.

 

Jérôme Schleicher, Practice partner Blockchain Helis